Prodijplein128 

ban prodij_copie_copie 

La Ville de Lyon soutient les projets des jeunes

samedi 1 octobre 2022
Projets prodij / Prodij TJAM / Afrique / Laura Guedhab
Laura Guedhab

Laura Guedhab

Groupe de Jeunes SOUA

SOUA


L'objectif du projet de l'association SOUA (Solidarité pour des Objectifs Utiles à l'Afrique) est la solidarité internationale. Iil s'agit de contribuer à la construction d'une case de santé pour un village camerounais, Batoufam, avec des équipes locales. Cela concerne l'équipement d'espaces ruraux où les conditions de vie sont difficiles et qui manquent d'équipements. C'est aussi un projet solidaire parce que plusieurs équipes de jeunes lyonnais se sont « passés le relais » pour réaliser les étapes successives sur plusieurs années. Ils s'en perçoivent collectivement porteurs. Le chantier réunit jeunes français, camerounais, adultes du village, groupements locaux, artisans et étudiants.

 

cameroun



Formation du groupe et naissance du projet :

De septembre à Novembre 2011 :

Deux jeunes qui ont participé au projet 2011  (toiture de la case de santé) ont eu le désir de reconstituer un nouveau groupe de jeunes afin qu'ils puissent terminer ce qui avait été commencé. Pour cela  ils ont recruté six jeunes, lycéens ou étudiants à Lyon, tous intéressés par la solidarité internationale, ainsi que par le projet. Une jeune fille qui avait participé au projet 2011 tenait à repartir avec le groupe 2012 pour terminer la case de santé et si possible accompagner sa mise en service. Ayant déjà rencontré les responsables locaux et pris connaissance de la nécessité de cette case de santé elle a pu apporter son ressenti aux jeunes sur l'importance du projet, ainsi que sur les différences culturelles, sociales et économiques qui existent entre le Cameroun et la France.

Préparation :

De décembre à juin 2012 nous avons une réunion toutes les deux semaines en moyenne, parfois beaucoup plus, pour la mise en place du projet, la rédaction de dossiers, l'organisation d'événements.

Nous avons fait plusieurs rencontres :

D'abord le coordinateur du CAPDA, ONG camerounaise avec laquelle nous avons une convention de partenariat. Nous l'avons rencontré lors d'un passage en France, il nous a fait parvenir les devis et nous avons des échanges de mails, pour  préciser des points importants concernant le séjour et avoir des nouvelles de ce qui se passe au village.

Nous avons été contactés par Mme Lesage, présidente d'une association franco-camerounaise d'aide aux communes rurales et d'éducation populaire. Comme elle sera au Cameroun cet été dans un village très proche pour la mise en fonctionnement d'une case de santé, il nous a paru très utile d'observer ses démarches et nous avons convenu de nous voir sur place aussi souvent que possible.

Nous avons également eu diverses formations. La première était au début du mois de février avec Paul Fournier et Christiane Ravet de la Ligue de l'enseignement de la Loire. Ils nous ont fait partager leur expérience au Niger, à la fois semblable (chantier de jeunes, construction d'une école poursuivie sur plusieurs années) et différente de la nôtre, puisqu'ils se trouvaient dans un pays musulman, au milieu du désert, avec une société et une culture différentes de celles du Cameroun. Ils nous ont donné des conseils comme avoir une totale transparence avec le budget vis-à-vis des Camerounais et cogérer au maximum avec les gens du village pour éviter tout malentendu, élargir et entretenir les contacts avec tous les responsables institutionnels. Et aussi sur notre comportement personnel : éviter d'alimenter le mythe de l'européen riche, et rester simple. Il nous faudra montrer une bonne image de l'association et faire attention au respect de la culture camerounaise pour une bonne entente.

Nous avons une formation prévue le week end du 9 et 10 juin avec Mme  Carrie Montorio, cinéaste et photographe professionnelle, formatrice à la F.O.L. du Rhône. Elle a accepté de nous aider à réaliser une interview croisée de familles franco-camerounaises et une animation photo sur place avec les enfants.

Une formation sur le don personnel et collectif est programmée fin mai avec une personne du GREF.

Enfin, nous avons vu un documentaire sur le village. Il montrait le village de Batoufam, les chantiers précédents, les traditions du village et la culture camerounaise. Il nous a permis de nous projeter concrètement dans la culture et dans le fonctionnement du village.

Nous nous sommes renseignés sur les conditions matérielles du voyage : billets, vaccins, visas.

Nous avons organisé des événements (soirées, marchés, repas camerounais...)pour financer partiellement le projet et le faire connaître.

Réalisation / séjour :

Le séjour se déroulera sur trois semaines en juillet et une semaine en août à quelques jours près. En ce qui concerne la case de santé, une grosse partie des travaux a été réalisée mais beaucoup reste à faire, comme les travaux de finition et d'intérieur qui sont assez conséquents, ainsi que du terrassement restant autour du bâtiment. Le crépi, le plafond, le sol (chape lisse), les enduits intérieurs, la peinture, l'électricité, la plomberie, la sécurisation des portes et fenêtres, donc de la menuiserie et de la serrurerie, sont les travaux à effectuer. Sur le chantier nous serons aidés par des jeunes et des bénévoles du village, Clotaire Djimbié notre accompagnateur du CAPDA tout au long du séjour sera aussi présent. Pour les travaux techniques spécialisés comme la plomberie, la maçonnerie, l'électricité et la menuiserie, des artisans professionnels du village seront embauchés, La construction de la case de santé leur permet donc aussi de gagner un peu d'argent. Le CAPDA demande aux associations locales de constituer des équipes d'adultes et de jeunes volontaires bénévoles. Nous prendrons tous ensemble le repas de midi sur le chantier, préparé par les femmes du quartier.

Le coût total prévisionnel est  de près de  7.6 millions de francs CFA, soit environ 11 600 euros. Nos partenaires camerounais attendent impatiemment la mise en service de cette case de santé, ils aimeraient que nous l'inaugurions ensemble pour donner un coup d'envoi solennel, et ainsi la faire connaître pour faciliter le recrutement du personnel.

L'animation du centre culturel sur place sera notre autre objectif important, il faut savoir que les jeunes camerounais seront en vacances et donc disponibles. Nous comptons organiser des ateliers de lecture à la bibliothèque, utiliser les nombreux jeux de société apportés par un groupe précédent, participer à des animations sportives sur le terrain de sport construit il y a quelques années. Un atelier photo sera mis en place avec les enfants, ils devront prendre eux-mêmes des photos donnant une vision de leur univers et non pas être figurants sur les photos des autres. Nous avons aussi pour projet de diffuser des films de réalisateurs africains dans les quartiers du groupement, pour montrer la diversité et la qualité du cinéma africain.

Des réunions seront régulièrement organisées pour échanger avec la population et les associations du village, mieux comprendre le fonctionnement de la collectivité. Avec l'aide des associations de danse et de musique, une fête culturelle est également prévue. Une rencontre avec des jeunes français d'autres associations travaillant dans la région est programmée par Mme Lesage. Une interview croisée entre deux familles franco-camerounaises sera réalisée. Nous ferons des visites dans les différents villages et villes alentour, que ce soit pour des visites culturelles ou l'approvisionnement du chantier en matériel.

Notre journée type se déroulera avec le chantier le matin et les animations l'après-midi.




Quelques photos :

 

LE CHANTIER
                                     

 


Autres: 



                 

 

 

Retrouvez-nous sur facebook

facebook-icone-5764-32

PRODIJ LYON


Rechercher sur le site