Prodijplein128 

ban prodij_copie_copie 

La Ville de Lyon soutient les projets des jeunes

samedi 1 octobre 2022
Projets prodij / Prodij / Autres / Capucine Jaussaud
Capucine Jaussaud

Capucine Jaussaud

dimanche, 13 mai 2012 10:17

Paroles en Création


Pour passer le Rhône

Il faut être deux

Pour le bien passer 

Il faut savoir danser…


Danser, Conter, Créer, en un mot : Développer un projet/déplier un livret…

Et quel Grand-pont ici, qui conjugue le conte et le quartier de la Guillotière, rue Bonnefoi, la bien-nommée, cousine des Rues de la Vigilance et de l’Humilité (si l’on en croit l’histoire locale), avec l’Université, sa toute proche voisine. Un quartier de mélanges, de passages, d’accueil, de rébellions aussi, de confrontations culturelles, qui a vu bien de l’eau couler sous ses arches fameuses, mémoire vivante de l’histoire de Lyon.  

Six étudiants rencontrés dans le cadre du Master 2 "Développement de projets artistiques et culturels internationaux" de Lyon 2 ont pris l’heureuse initiative de lancer ces Paroles en création, de mettre en relation un artiste-conteur, des habitants-conteurs déjà engagés dans une formation au Centre Social Bonnefoi, d’établir des passerelles entre les gens, entre les lieux, de tresser les voix, les compétences, les désirs. Les grillets (une étymologie suggérée parmi bien d’autres à lire dans de savants ouvrages) seraient-ils devenus des griots ? Sont-ils 4, 9, 30, 1000 et bien plus, si l’on compte les précieuses oreilles, sans lesquelles les bouches seraient vite muettes, et bien d’autres modes de circulation de la parole ?

C’est Thierno Diallo qui mène la danse, les bras grands ouverts, la tête haute, le rire joyeux. Il sème le tempo et non pas la tempête, rassure, fait surgir les mots, les images, les rythmes. Des bribes d’histoires s’étoffent et s’entre-tissent. L’idée du spectacle fait son chemin : multi-site, multi-lingue. Centre social, Bibliothèque du 3e et Mairie* sont les premiers lieux de la circulation, avec la belle escale, salle Eugène Brouillard  le 16 mars 2012. 

Une anthropologue aussi est entrée dans la ronde, dans l’Interstice et l’Entre-deux contes, tandis que se dessinait comme une partition. Un artiste plasticien a veillé au grain de toutes les voix. Une tortue y aura gagné sa carapace-tambourin. Des ouistitis ont adopté une girafe, une fille s’est changée en statue de sel…

Paroles déliées et reliées sans fin, à l’image du pont chère à Georg Simmel, à l’image de l’eau, juste reflet d’une société en quête de reconnaissance et connaissance de soi et de l’autre, de plaisirs lucides et partagés.

Parce que l’homme est l’être de liaison qui doit toujours séparer, et qui ne peut relier sans avoir séparé – il faut d’abord concevoir en esprit comme une séparation l’existence indifférente de deux rives, pour les relier par un pont. Et l’homme est tout autant l’être-frontière qui n’a pas de frontière.

 Georg Simmel, 1909

 
 Allons passe passe passe

 Allons passe donc…


Texte de Nadine DECOURT, Anthropologue spécialiste du conte et associée du projet

A retrouver dans le Leporello créé par Vincent Routhier dans le cadre de ce projet

 

Travailler avec un public non-initié, aborder la question de l'oralité dans le champ artistique mais également croiser les disciplines, les trajectoires et les identités : voici quelques uns des axes principaux qui ont motivés la mise en oeuvre de ces Paroles en Création. Au total, plus d'une dizaine d'ateliers ont été organisés, rassemblant au Centre Social Bonnefoi du 3ème arrondissement, un groupe de cinq conteurs amateurs, Thierno Diallo, conteur professionnel, et Vincent Routhier, artiste contemporain.

Affiche de la représentation du 16 mars 2012

 

L’artiste conteur Thierno Diallo a proposé durant les ateliers un travail sur la parole et le silence, la diction, l’oralité, l’écriture, la gestuelle et les expressions du visage, sur l’imaginaire et la création, sur l’introspection et l’extériorisation.

Un livret, à la fois support mémoriel de l’expérience et objet artistique en soi, a été créé par l’artiste contemporain à partir de ces échanges et des contes créés durant les ateliers. « Trace » essentielle du projet puisqu’inspiré de ces rencontres, il a été pensé par l’artiste comme un « miroir graphique » du conte. Présenté sous la forme très ludique du leporello (technique complexe de pliage et de collage des pages d'un livre afin que ce dernier s’ouvre comme un accordéon), le livret est le lieu de la réflexion qui lie le conte et l’image. S’il peut se lire comme un livret « classique », il peut aussi se déployer puis, par le jeu de l’accordéon, mettre en lien des pages non consécutives.  Interrogeant ainsi les ruptures et les continuités des schémas narratifs du conte, il est une illustration des éléments fondateurs des histoires créées durant les ateliers.

Ces rencontres ont donné lieu à la création d’un spectacle de contes impliquant l’ensemble de ces acteurs. Il a intégré également une flûtiste avec laquelle les conteurs avaient pu travailler une fois auparavant. Le 16 mars 2012 à la Salle Eugène Brouillard de la Mairie du 3ème arrondissement de Lyon, ce sont plus de 140 personnes qui sont venues assister à la représentation finale des Paroles en Création. Le buffet mis en place à la fin du spectacle a permis un temps d’échange et de rencontre autour de l’expérience vécue mais également du leporello, mis à disposition à partir de ce moment. 

Photos avril 2012 0282Photo du spectaclePhotos spectaclePhotos avril 2012 0272

 

 Pour tout renseignement, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

Projet réalisé en partenariat avec le Centre Social Bonnefoi et la Bibliothèque du 3ème arrondissement, avec le soutien de la Mairie du 3ème arrondissement dela Ville de Lyon, du programme PRODIJ, du Service Culturel de l'Université de Lyon 2 et de la Maison de la Francophonie dans le cadre du "mois de la francophonie 2012".

 




 

Nous souhaitions travailler avec un public non-initié et aborder la question de l’oralité dans le champ artistique. Il nous a semblé important d’inscrire notre projet dans une démarche ancrée dans un territoire à forte mixité sociale et d’interroger les conditions d’accès à la culture et aux pratiques artistiques pour tous. Nous avons décidé de concevoir un projet au sein duquel l’artiste, plutôt que de construire son œuvre indépendamment du public, s’inspire de ce dernier pour enrichir sa propre création

Retrouvez-nous sur facebook

facebook-icone-5764-32

PRODIJ LYON


Rechercher sur le site